J'ai vu ton ensemble de sculptures finies : cette base semble obsidienne noire, un lac profond, un miroir, là les figures sont doublées. Elles se complètent mutuellement,  créant un fonds qui suggère la nuit, et donc l'inexplicable féminin, l'indéchiffrable féminin. Puis j'ai vu aussi la photo avec la lumière dans le centre, cette image a été un succès,  fonctionne avec la lumière centrale, et la ronde féminine devient des gardienne de la lumière.   Je tiens à te féliciter pour le cours que prend ton travail et ta vie, vers l'universalité de l'esprit féminin et créatif. Toi, créatrice des argiles et à travers les terres, douces et dures, conductrice de l'âme paisible et harmonieuse et donc constructrice  de  paix, comme le dit le titre « que tous les êtres soient dans la joie » Heureux par la main des femmes , des femmes mères, représentée par toi. C'est aussi un groupe sculptural, nourri par la recherche abondante, et qui vient à donner une vision très particulière, très « Paulina » de chacune d'entre elles.    « Que tous les êtres soient heureux » par la voie humaine qui a réussi à mettre les jalons avec Gea, mère Maria, Ixchel, Yemanyá, Ishtar, Guan Yin, Dana, Lakshmi, Hina.

 

Avec mon affection,

Rita Merino

Artiste plasticienne et antropologue équatorienne

Que tous les êtres soient dans la joie, 40x80 x80 cm