Carlota Jaramillo, sculpteure en céramique polychrome.

 

Cette œuvre est inspiré et dédié à Madame Carlota Jaramillo, elle voudrait représenter l’instante dans le quelle cette femme andine, vers les années 60, est descendue des Andes vers la Côte équatorienne pour rencontrer le poète Vicente Amador Flor, qui  en geste d’accueillement, l’a dédié son poème « Atardecer » (couche du soleil). La musique l’a fait le compositeur Constantino Mendoza Moreira, ils sont créé une chanson qui accompagné avec la voix de Madame Carlota Jaramillo, accomplissait le désir d’approcher les deux régions de l’Equateur : Andes –Côte qui était une aspiration des artistes et intellectuels de cette époque, aspiration et nécessité encore actuelle pour éviter le régionalisme négative qu’a toujours empêché le développe de l’Equateur.

La femme circonscrite dans la montagne, représente son origine et son sentiment andin, reflété dans son vissage au moment d’interpréter la chanson. Le texte du poème « Atardecer » est gravé dans son dos comme souvenir de la fusion entre le poète et la chanteuse, les plis du foulard qu’elle porte ressemblent une montagne qui garde la couleur rouge de l’argile, cette couleur de la terre grandis et  s’appartenance au paysage andine dévient incontestable. C’est cette aspecte identitaire, le vrai hommage que je lui donne. La fusion entre le sentiment de la montagne et le sentiment de la Côte, le décor comme la finition ancienne, rappellent un temps déjà passé et que je n’ai pas envie de laisser partir.

Paulina Altuna de Bürke

Carlota Jaramillo, 40 x 30 x 30 cm