ACLLAS-CUNAS (FEMMES CHOISIES)

 

Les "acllas" ou vierges du soleil  étaient sélectionnés dans tout l'empire par son lignage et beauté. Des vieilles dames connues comme les "mamaconas", prenaient soins des acllas. "

« Le Ajlla Wasi », était une institution qui regroupait des mères de famille ou "mamaconas" en qualité d'enseignantes. Ainsi nombreuses jeunes filles étaient admises à un système claustral entre dix et douze ans. Elles appartenaient aux familles nobles ... «Mais, les Ajlla Wasi n'étaient pas uniquement un centre regroupant des jolies femmes, ils étaient des centres de culture et d'art. Le meilleur dans l'art culinaire, le tissage, le chant, la musique, la danse, etc.

 Luis E. VALCÁRCEL - Bernabé COBO.

Les princesses de sang royal étaient les « Ñustas », et l'une d'entre elles devait devenir la Coya, l'épouse principale de l'Inca.

Des découvertes laissent apparaître que la forteresse  de Macchu Picchu  été habitée surtout par des femmes, aurait donc été bâtie pour les vierges du Soleil, les Aclla. Quels que soient les mystères du Machu Pichu, l'urbanisation du site semble suivre le modèle du village andin.

Dans les Andes, chaque communauté avait pour tradition de se réclamer originaire ou descendante de tel lieu sacré, de telle étoile ou de tel animal. C'est dans ce contexte que les Incas se veulent être les fils du Soleil appelé Inti en quechua. Pour leurs contemporains, les victoires militaires et la politique éclairée des souverains incas semblent confirmer cette origine merveilleuse. Les Incas imposent donc le culte du Soleil comme culte officiel dans l'empire : l'idole solaire côtoiera la myriade de divinités adorées dans l'empire. Il ne s'agit pas pour autant d'un culte monothéiste mais plutôt d'un animisme d'État.

 

 

Mamacona et Aclla, 60 x 40 x 15 cm